Menu Accueil

Écrire, ce n’est pas un jeu

Anne Archet, gniaff journaleuse

(Malgré ce qu’en dit l’OuLiPo et même si ce texte est une reprise ludique à peine modifiée d’une déjection ordinaire que nous offre continuellement le Journal de Montréal en temps de crise sociale – ce qui veut dire, à notre époque, chaque jour.)

*  *  *

L’article de Jérôme Landry dans le Journal de Montréal est bête à pleurer.

En le lisant, j’ai pensé à ma fille. Une enfant du primaire à qui on fera lire le journal à l’école dans quelques années, une innocente gamine qui se fera bientôt lessiver l’encéphale – parce que c’est bien à cela que la scolarisation sert.

J’espère que jamais elle ne se retrouvera le visage à quelques pouces d’un tissu de niaiseries pondu par un journaliste qui a la laisse au cou et qui fait le beau en donnant la papatte à son maître.

Comment ce jeune homme en apparence intelligent a-t-il pu se retrouver là?

Quel chemin intellectuel a-t-il parcouru avant de se joindre à cette équipe de larbins qui ne cherchent qu’à justifier l’exploitation et la domination hiérarchique au Québec?

Je comprends que dans certains pays, il y a des journalistes qui risquent leur vie et leur intégrité physique pour dénoncer les inégalités sociales.
Mais au Québec? Sérieux? Il faut être d’une naïveté déconcertante pour penser que les employés des médias de masse aient ce genre de courage. Il est beaucoup plus payant et sensé de se faire la voix de son maître, quitte à ne plus être capable de se regarder dans le miroir.

Mauvaise foi

Si l’article de Jérôme Landry démontre sans conteste qu’il est prêt à commettre tous les raccourcis intellectuels pour défendre l’ordre établi, le reste du journal démontre aussi que l’ensemble des chroniqueurs manquent de probité en visant tous ceux qui osent lever le moindrement la tête devant l’oppression. Numéro après numéro, ce torchon est la démonstration que les scribouillards nagent dans la mauvaise foi.

Avez-vous déjà vu un chroniqueur du JdM demander et faire signe à plusieurs reprises aux politiciens et aux exploiteurs de reculer?

Avez-vous vu la vidéo qui montre clairement PKP financer tous les partis provinciaux avant de se lancer dans une carrière politique où il mangera dans tous les râteliers que jadis il remplissait?

Malheureusement, quand on s’associe à ce genre de petits «bums», on risque un jour de perdre tout espoir de redevenir un être humain. On finit par se retrouver réifié, ravalé au rang de simple marchandise – ou de perroquet qui ressasse les intérêts du moment de celui qui nous refile magnanimement des pinottes.

Vous savez quoi? On peut même mourir étouffé dans sa propre insignifiance. C’est ce qui est sur le point d’arriver à Martineau ; faudrait le réaliser. Participer à une entreprise à grande échelle de propagande et de désinformation n’a rien de banal, ce n’est pas un jeu qu’on pratique entre deux martinis, pour le fun.

Je ne veux pas excuser Jérôme Landry. Reste qu’il n’aurait pas dû se trouver là à mon avis.

Dans une société saine, on ne donne pas des tribunes à des crétins. Jamais il ne reconnaîtra – surtout pas en entrevue au Journal – que les chie-copie n’ont de journaliste que de nom et ont ce tic stupide de faire des paragraphes d’une seule phrase.

Bienvenue dans le miroir aux alouettes

L’histoire de ce larbin scribouillard est une belle occasion pour nous, les derniers humains, d’avoir de belles discussions avec nos jeunes révolutionnaires. Des discussions sur la réalité. Des discussions sur les policiers qui oui, sont ceux qui exercent le monopole étatique de la violence et vont toujours s’en servir pour maintenir l’oppression, coûte que coûte.

Des discussions sur l’austérité aussi. Nos enfants ont peut-être besoin qu’on leur montre à voir ce qui se passe au Québec avec une perspective mondiale. Ils vivent après tout dans un pays où les inégalités sociales sont criantes et ne sont invisibles que lorsqu’on les regarde par la lorgnette des médias de masse, le cul bien calé dans un fauteuil de salle de rédaction.

Écrire, analyser, comprendre le monde qui nous entoure, c’est admirable et même nécessaire. C’est sain.

Mais empoisonner les esprits avec enthousiasme et régularité, c’est risqué.

Catégories :Grognements cyniques

Tagué:

Anne Archet

Héroïne sans emploi, pétroleuse nymphomane, Pr0nographe lubrique, anarcho-verbicruciste, poétesse de ses fesses, Gîtînoise terroriste (et menteuse, par dessus le marché). Si j'étais vous, je me méfierais, car elle mord jusqu'au sang.

8 réponses

  1. Bienvenue dans notre réalité des médias. Montréal au Canada, Bruxelles en Belgique, même (anti)combat. Notre JT national, la RTBF, est une mine de désinformations et d’unipartisme lamentablement populiste et consensuel, absolument et définitivement politiquement correct. Je suis absolument abasourdie de constater que plus j’écoute et moins je sais. Je me demande s’il y a encore des journalistes sur la terre, Anna Politovskaïa n’étant plus. Je ne connais pas votre journal de Montréal. Pour ma part, je me sauve quand les (dés)infos commencent, et ventre à terre ! Je me demande ce qui est le pire, finir complètement crétine ou continuer à m’abrutir… soupirs…

  2. Lire non plus apparemment. « Il n’est que de vomir l’âme et de la rendre une fois pour toutes ; le reste suit, sans l’ombre d’un doute, serait ce au cœur du chaos. » H. Miller

  3. Ce texte est jouissif, Mme. Archet.
    Quoi que vous y allez un peu avec le dos de la mer morte, concernant Martineau. N’aurait-il pas mérité de pires insultes?
    Enfin, vous êtes pardonnée.
    Car vous avez fait verbe de tout bois.
    En celà, merci.

  4. Dans une société saine, on ne donne pas des tribunes à des crétins: Malheureusement, l’insanité règne…

    Écrire, analyser, comprendre le monde qui nous entoure, c’est admirable et même nécessaire. C’est sain.: Mais PERSONNE ne le fait :( …..donc, malheureusement, l’insanité règne…

  5. La désinformation et l’ inversion de valeurs sont le pain quotidien de tous ces larbins/crétins de journalopes qui écrivent ou commentent dans les merdias …

  6. C’est sans doute pour ça que je ne lis pas le journal (ni n’écoute le télé-journal). Je préfère écouter des émissions comme Infoman… parce que sinon je ne serais jamais au courant de rien. Après je me renseigne (enquête) pour comprendre ce qu’il se passe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :