Menu Accueil

Sirventès du monde

Nous sommes nés dans un monde
Où l’horreur a été couverte d’un vernis de banalité

Où les rêves ont été enfermés
Dans des interprétations médicales

Où les désirs on été transformés
En vils réflexes de possédants

Où la révolte est devenue grise et gauche
Éviscérée par le pacifisme et l’idolâtrie démocratique

Où la création a été mise en esclavage
Vendue à des fins publicitaires

Où la pensée est devenue rigide et froide comme un cadavre
Une forteresse de granit aux fondations inamovibles

Où la révolution est devenue synonyme
D’un nouveau cul posé sur le trône de béton

Un monde qui a étouffé toutes ses merveilles
Qui a éteint la beauté convulsive de la luxure

Un monde qui depuis longtemps
Ne fait plus naître d’enfants avec des ailes

Un monde devenu morbide et froid
À force de couver la peur et l’obsession sécuritaire.

Or, ce monde, tel qu’il existe
Force est d’admettre qu’il est
Le meilleur.

Parce qu’il est le seul qui existe
Parce qu’il n’y a pas ailleurs
Pas d’Eden à l’ouest de l’ouest
Pas de pays de Cocagne
Aux rivières de miel et de lait
Pas d’Eldorado aux rues pavées d’or
Pas de phalanstère ou de bolo’bolo
Pas de grande patrie des travailleurs
Pas de paradis  à la fin de nos jours

Nous sommes nés dans le meilleur des mondes
Car aussi odieux que puisse être
Son ordre actuel
Il contient en lui-même
La totalité des devenirs

C’est à l’intérieur même de ce chaos
De cette surabondance des possibles
Par expérimentation et par nous-mêmes
Mus par l’impétuosité de nos désirs
Que nous allons faire émerger l’arrangement
Qui exprimera la plénitude de l’être

Nous sommes nés dans un monde stérile
Labourons-le avec notre révolte déchaînée
Ensemençons-le avec notre pensée sauvage
Libérée de la morale et de ses carcans
Repeuplons-le avec nos rêves
Copulons avec rage et avec joie
Sous la lune écarlate des émeutes
Et malheur aux inconscients
Qui oseront se dresser contre nous.

Catégories :Pétage de coche

Tagué:

Anne Archet

Héroïne sans emploi, pétroleuse nymphomane, Pr0nographe lubrique, anarcho-verbicruciste, poétesse de ses fesses, Gîtînoise terroriste (et menteuse, par dessus le marché). Si j'étais vous, je me méfierais, car elle mord jusqu'au sang.

4 réponses

  1. ouep, c’est pas parce qu’il n’y a pas de fuite possible qu’on ne puisse rien faire de mieux

  2. Suis d’accord, ne sombrons pas dans un nihilisme facile. Le monde est dure, mais ce n’est pas une nouveauté.
    L’élan révolutionnaire ne doit en aucun cas sombrer dans un fatalisme névrosé par l’étendu du chemin qui reste à parcourir.
    L’Anarchie c’est l’horizon, plus on avance, plus il recule.
    Marre de tous ses gus qui prétendent qu’on ferait mieux de se contenter de ce que la très sainte République veut bien nous octroyer ! J’ai 17 ans et je suis persuadé que je ne verrais jamais l’Anarchie. Mais c’est pas ça qui va m’empêcher de me battre pour son avènement !!!

    Et surtout, merci. Tes textes sont pour moi un îlot de lucidité dans une mer de cons !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :