Menu Accueil

Sirventès du libéralisme

Fuck yeah FREEDOM of CHOICE

Républicain ou démocrate
Protectionniste ou libre-échangiste
Sexy ou obèse
Salarié ou parasite
Honnête ou criminel
Straight ou Gay
Blanc ou de couleur
Citoyen ou indésirable
Libéral ou conservateur
Croyant ou infidèle
Jeune ou vieux
Honnête travailleur ou parasite
Capitaliste ou communiste
Contribuable ou fraudeur
Réaliste ou rêveur
Marié ou célibataire
Diplômé ou ignorant
Électeur de gauche ou électeur de droite
Buveur de Coke ou Buveur de Pepsi
Moderne ou folklorique
Policier ou manifestant
Mère ou putain
Bourgeois ou prolétaire
Acteur ou spectateur
Investisseur ou client
Fou ou raisonnable
Patriote ou traître
Colombe ou faucon
Souverainiste ou fédéraliste
Consommateur ou consommateur

Citoyen d’un État de droit
Libéral et démocratique
Ta liberté est
d’être ceci ou cela
et rien d’autre

Catégories :Montée de lait

Tagué:

Anne Archet

Héroïne sans emploi, pétroleuse nymphomane, Pr0nographe lubrique, anarcho-verbicruciste, poétesse de ses fesses, Gîtînoise terroriste (et menteuse, par dessus le marché). Si j'étais vous, je me méfierais, car elle mord jusqu'au sang.

13 réponses

  1. C’est une très belle façon de commémorer la 800 ème année depuis le sac de Béziers par les croisés contre les Albigeois et autres hérétiques.
    Prendre le sirventès, cette forme poétique médiévale pour ironiser contre l’ordre si  «naturel» qui foudroie l’intelligence et la culture.
    Il ne suffit pas de s’y soumettre, en plus il faut en adopter les modes de pensée.

  2. C’est sur qu’être mystique je serais au-delà de tout ça!

    Et c’est sur aussi que si je vivais en dehors de ma culture humaine, entourée de nébuleuses disons sur Aft9 dans la galaxie Huoi98, je saurais également hors de tout ça.

    Merci de me le rappeler!

    C’est gentil!

  3. Quand le souci de savoir si la forme est respectée plutôt que celui de savoir si cela apporte quelque chose au débat, alors, c’est qu’on a accédé à la dignité d’intellectuel, et on est devenu un artiste.
    Ars gratia artis.

    P.S.: Cela implique que pour devenir artiste, il faut perdre quelque chose.
    La condition humaine…

  4. Sur le sujet « débat mon cul » une certaine se félicite qu’heureusement des hommes tels que je suis disparaissent. ça tombe particulièrement bien puisque on observe une recrudescence des violences conjugales…depuis ma disparition… C’est donc que tout va pour le mieux :)

  5. pour en revenir a cette belle démocratie qui n’a certes pas changer de nom mai qui peu a peu change de visage pendant que vous nous debaler vos jolie mot bien cultiver de je ne sais quel roman, savez vous qu’aujourd’hui l’on ne pète plus sans qu’un satellite est tout enregistrer, nous avons encore le choix et notre liberter d’expression mais peu a peu l’étau se resserre les amie et je ne crois pas que votre culture et votre art de manier la langue puisse faire quoi que se soit contre la vénérer technologie avancer de notre cher gouvernement. Pour tout dire je n’est aucune envie de vivre dans la société a venir et si j’y suis contraint alors je serais l’indésirable

  6. Un spectre hante la planète Terre : celui de la comédie. L’Est et l’Ouest, la gauche et la droite, les maquereaux du pouvoir et les propriétaires de la propriété (les hommes d’affaires et les bureaucrates, les socialistes et les mondains, les commissaires du peuple et les curés, Coca et Pepsi) – tous les nantis, les imposteurs et leurs parades de fantoches aux outils fossilisés sont unis dans un effort pour exorciser les railleries de ceux qui évoluent à portée de leur radar. Bannis ou enchaînés depuis toujours, les Farceurs aux multiples visages finissaient tôt ou tard par leur tirer la bourre, de même que les malades mentaux glissent tôt ou tard sur leurs propres excréments, martyrs de la débourre.
    On n’attrapera jamais le Coucou !
    * * *
    Le temps est venu de « rendre sa voix au silence »… la radio éteinte. Le rock’n’roll des gueux ne disparaîtra jamais. « Retiens la nuit » ? Pourquoi se contenter de demi-mesures ? Les laissés-pour-compte sans argent ni maître ont plus intérêt à faire un malheur qu’à compter leurs malheurs, fondre sur la proie les excite plus que se morfondre en prières. Que des hédonistes de tous les sexes mettent en boîte (de sapin) les (sous)humanistes ; que des Morlocks affamés se repaissent des riches ; que les forces ludiques et luddites mettent fin au travail, la suprême servitude. Les dépressifs ont des tas de raisons d’en finir avec les répressifs.
    Engageons-nous sur la voie sociopathique ! Elle mène vers une vie débarrassée des meneurs de tous poils, au-delà du principe de réalité, vers la noce permanente !
    * * *
    L’implosion de l’économie, la corrosion de la culture et l’érosion du vieux monde entraînent même les oubliés vers l’Oublitopie, l’horloge elle-même presse le temps – l’apocalypse imminente force les âmes sensibles et sensitives à s’assurer de la victoire de l’Antéchrist. L’autisme sans réserve contre le devoir de réserve ! La nécronomie est en faillite : l’État est en phase de dissolution. C’est un combat sans merci entre Nous et Eux, les gorilles et les guérilleros, les marxistes et les groucho marxistes, les Stupides et les Stupéfiants, entre Locke et Loki, les Syndiqués et les Cyniques, les Trots et le Trottoir, le sens commun et la sensualité communautaire, les Catholiques et les alcobucoliques, les Protestants et les protestataires, la classe dominante et les déclassés, les parasites et les apatrides, la négation du plaisir – et le plaisir de la négation.
    Y a bon !
    * * *
    Les oppositions binaires, cartésiennes, manichéennes, structuralistes, cerveau-gauche/cerveau-droit vous embrouillent les ridules de l’encéphale ? Hésiteriez-vous à jouer aux échecs avec Karen Quinlan ? Vous faites preuve d’une prudence (et non pas d’une pruderie) tout à fait recommandable, mais on l’espère, rebelle aux commandements. Ce qu’il vous faut, c’est une idéologie puissante comme l’industrie, différente (mais pas déférente), Sexploration du Sexturalisme, illumination (non-illuministe) de la conscience du cerveau-nord, une plongée dans la politique aux accords tertiaires du cervelet, tout doit disparaître.
    Trop, c’est suffisant ! Le déconditionnement consiste à se conditionner soi-même ! Cherchez donc à vous libérer grâce à la logosexualité : constatez par vous-même que les ruses linguistiques donnent une dimension nouvelle à la sexualité orale. Servez-vous du pouvoir de l’absurde pour démontrer l’absurdité du pouvoir. Vous prétendez vibrer sur un rythme différent ? C’est peut-être vrai, mais est-il syncopé ?
    Donnez-vous la permission de rejeter la Totalité et ses innombrables oppositions patentées, ses alternatives à elle-même auto-programmées.
    N’acceptez aucun ersatz !
    (La ligne juste, Bob Black, 1981)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :