Menu Accueil

Sirventès de la bête

la bête humaine

Je ne suis pas une citoyenne
Je ne suis pas une consommatrice
Je ne suis pas une contribuable
Je ne suis pas une employée
Je ne suis pas une justiciable
Je ne suis pas une bénéficiaire
Je ne suis pas une personne de couleur
Je ne suis pas une lesbienne
Je ne suis pas une mère
Je ne suis pas une épouse
Je ne suis pas une écrivaine érotique
Je ne suis pas une poète
Je ne suis pas une anarchiste
Je ne suis pas une femme
Je ne suis surtout pas une Personne Humaine
Cet être vil et éthéré
Qui n’a jamais été aperçu ailleurs
Que dans les déclarations universelles

Je ne veux pas rester assise et lever la main
Je ne veux pas attendre que la maîtresse me dise de parler
Je ne veux pas attendre la pause pour aller pisser
Je ne veux pas appuyer sur 0 pour parler à un de vos représentants
Je ne veux pas ouvrir une boîte ou percer un emballage pour me nourrir
Je ne veux pas boire ce qui sort d’une bouteille ou d’un robinet
Je ne veux pas passer au second guichet pour récupérer ma commande
Je ne veux pas sourire parce que le client a toujours raison
Je ne veux pas signer mon évaluation de rendement
Je ne veux pas vendre mon temps mes membres ma voix mes orifices
Je ne veux pas perdre cinq kilos et trouver l’amour
Je ne veux pas prévenir l’apparition des signes de l’âge
Je ne veux pas dégager une fraîche odeur de printemps
Je ne veux pas remplir le formulaire approprié
Je ne veux pas emprunter la voie réservée à dix-sept heures
Je ne veux pas être la gardienne du foyer et de la décence
Je ne veux pas être un facteur de production
Je ne veux pas être l’extension d’un outil
Je ne veux pas être un public-cible
Je ne veux pas agir selon mon propre intérêt tel que défini par les autorités compétentes
Je ne veux pas me torcher le cul avec la version trois épaisseurs de la forêt boréale
Je ne veux pas produire et consommer
Je ne veux pas être produite et consommée
Je ne veux pas que ma survie soit prétexte à détruire tout ce qui m’entoure

Je veux te prendre dans mes bras
Je veux pouvoir t’aimer sans peur, sans réserve, sans faux-semblants
Je veux m’alimenter directement à la terre
Je veux que mes gestes soient sans entraves
Je veux vivre et rire et pleurer et aimer
Je veux jouir à perdre l’esprit à perdre toute trace de moi-même
Je veux le faire comme on a pu le faire pendant des millions d’années
Je veux le faire avec toi
Je veux que tu sois avec moi
Je veux que nous stoppions net notre course à la destruction

Je t’aime
Je te désire
Je veux ta peau contre la mienne
Nous n’avons nul besoin de toute cette merde
Cette fange que nous produisons dans les larmes
Que nous consommons sans plaisir
Que nous jetons avec mauvaise conscience
Nous n’avons nul besoin de cette vie de carton-pâte
De ses veilles en pleine stupeur
De ces sommeils sans rêves
De ces jours et de ces nuits indiscernables

Étouffée sous le béton, l’éclairage de rue, le plastique
Muselée par l’alcool, les stimulants, les calmants, les antidépresseurs
Distraite par les écrans, la mode, les réseaux sociaux, le glamour
Tenue en laisse par les rôles sexuels, la politesse, l’originalité conformiste
Enfermée à double tour dans cette geôle universelle qu’on appelle la Civilisation
Sous ce mince vernis blindé
Se trouve une bête sauvage

Malgré des millénaires de domestication
Je reste une sauvagesse
Pleine de passion et de fureur
Tu l’es toi aussi
Et c’est cette bête que j’aime

Je suis de chair, d’os et de sang
Je suis un corps, un animal
Je suis une onde de désir intense
Je suis le désir incarné, incontrôlable, foudroyant
Je suis ton amante folle
Je suis des sphincters, des fluides, des tendons
Je suis une déesse
Je suis ta partenaire dans le crime
Si tu veux cesser de survivre
Si tu veux enfin vivre
Si tu veux t’unir à moi

Sinon, je serai, joyeuse et sans regrets, l’ennemie à abattre.

Catégories :Accès de rage

Tagué:

Anne Archet

Héroïne sans emploi, pétroleuse nymphomane, Pr0nographe lubrique, anarcho-verbicruciste, poétesse de ses fesses, Gîtînoise terroriste (et menteuse, par dessus le marché). Si j'étais vous, je me méfierais, car elle mord jusqu'au sang.

16 réponses

  1. wow ! je veux bien m’unir à toi ! mais j’ai peur d’etre encore plus sauvage que ce que tu decris la.. bravo pour ce magnifique texte !!

  2. Parce que votre texte est tellement beau et bien écrit qu’on doute que ca soit un etre humain qui soit a l’origine de ca… seriez vous la femme parfaite ?

  3. Merci de cette déclaration de flamme Magnifique, vivant, vibrant, et si rare aussi; je m’y suis reconnue aussi *-*
    et j’ai partagé sur fb, c’est si intense et rare de lire de telles choses…

  4. Bonjour Mlle ARCHET , j’admire vos écrits , vous avez une sacrée verve , je voudrais revenir 40 ans en arrière pour vous rencontrer ( peut être ) ….j’ai commencé à vous connaitre sur le super site  » poësie-érotique.net  » + blog d’Agnès Giard  » les 400 culs  » . J’ai bien aimé les SERVENTES complètes sur  » //archet.net/ebooks/sirventes.pdf «  » intéressant… ça peut donner des sujets de dissertations .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :