Menu Accueil

Ce monde ne sera pas sauvé

Illustration de Julien Laurent, à qui je n'ai demandé aucune permission et qui, je l'espère, saura être indulgent.

On va arrêter de se raconter des blagues une minute: ce monde ne sera pas sauvé. Ça fait longtemps que ce ne sont plus seulement les cyniques et les misanthropes comme moi qui le disent. Ou encore, les hippies barbus et autres granoles au poil pubien aussi fourni que celui des aisselles. Même la hautement technophile et respectable NASA se met de la partie. Il est plus que temps d’être lucide, pour changer.

La Révolution anarchiste n’aura pas lieu. Le changement climatique planétaire est désormais à peu près impossible à stopper. Nous ne verrons pas, à l’échelle du monde, la fin du capitalisme, du patriarcat, de la domination sociale, de la civilisation. Si ça arrive, ce ne sera pas de sitôt. Plus réalistement, quand on analyse froidement (ha!) la situation, on s’aperçoit vite qu’il est beaucoup plus probable que ça ne se produise jamais. En attendant la parousie (et quand je parle d’attente, c’est jusqu’au moment probable de notre mort — ou du moins, la mienne, parce que je ne suis pas dans la meilleure des formes), nous resterons quand même tous et toutes pris avec la guerre, les prisons, la misère, sans compter l’arrogance et le mépris plein de suffisance des maîtres du monde.

Ce monde ne sera pas sauvé. Ni par des militants, ni par des partis politiques, ni par des organisations de masse, ni par des sociétés de bienfaisance, ni par des associations communautaires, ni par des coopératives, ni par le prolétariat organisé – dirigé par une avant-garde ou spontanément insurgé – et encore moins par des blogueuses anar qui font des jeux de mots pourris et écrivent des textes cochons. Le monde ne sera pas sauvé, nous avons gâché toutes nos chances, brûlé nos dernières cartouches… et depuis longtemps.

Tout ce qui reste à faire, c’est résister de toutes nos forces et obéir le moins possible. Trouver une lézarde dans le mur et l’agrandir autant que possible, s’y installer et tenir le terrain bec et ongles. Si possible dans la joie, en savourant chaque rare et fugace seconde que nous réussirons à passer sans porter nos chaînes – et sans regret pour ce qui aurait pu être.

Catégories :Crise de larmes

Tagué:

Anne Archet

Héroïne sans emploi, pétroleuse nymphomane, Pr0nographe lubrique, anarcho-verbicruciste, poétesse de ses fesses, Gîtînoise terroriste (et menteuse, par dessus le marché). Si j'étais vous, je me méfierais, car elle mord jusqu'au sang.

13 réponses

  1. Ou peut-être est-ce l’influence néfaste de ce week en de marde sur mon humeur. Je vais aller dormir là-dessus; on ne sait jamais, peut-être vais-je revenir dans de meilleures et plus euphoriques dispositions.

  2. Ben oué. Mais, même si bien amochée, la Terre s’en sortira… Si les humains-cons disparaissent. Les pas-cons, malheureusement, suivront.

    Ah ben… Tiens, en attendant, viens donc prendre le thé, va (bonjour l’équivalent cacarbone !) !

    K.-G. D.

  3. Je me permets d’ajouter mon grain de sel.
    Effectivement ce monde va merder, avec pertes et fracas, il y a de forte de chance pour que l’humanité se réduise comme peau de chagrin.
    Mais l’homme est un animal extrêmement corriace, si il n’est pas très bon pour l’anticipation il excelle dans l’adaptation.
    Une fois que le Titanic aura coulé, une fois que le TGV sera rentré dans le mur, une fois que le système se sera effondré… Il restera un monde à rebâtir.
    Pourquoi ne pas l’imaginer meilleur ?
    Pour nous anarchistes, force est de constater, que nous ne changerons pas ce monde.
    Ce monde duquel il fallait « faire table rase » pour en bâtir un meilleur va disparaitre par lui même.
    Ne serais-ce là pas une opportunité à saisir ?
    Ne perdons pas espoir les frères. Soyons les survivants, les Crusoés, soyons les Ted Kaczynski dans nos cabanes. Cachons nous dans les bois, préservons nos forces, préparons nous à devenir autonome. Notre jour viendra !

    Niakine YAPADCHEF

  4. Mais non, mais non …d’aprés Stephen Hawkings la solution est dans l’espace, le plan B,aller dare dare sur la lune et mars, autre info un rapport de l’ONU dit que la demande d’eau et d’énergie aller faire un bond formidable au niveau de la demande, et que cela va poser un gros probléme!?.Mais d’aprés certains scientifiques l’Humanité va vivre longtemps sur terre 1 milliard d’année!!!!

  5. C’est amusant cette idée de sauver le monde, c’est vraiment un mythe humain, propre à l’imaginaire humain, parce qu’en fait aucun monde, aucune civilisation, aucune espèce, n’a jamais été et n’est jamais sauvée.
    A ce titre le mythe du Sauveur, du Messie, est complètement délirant.
    Le mythe de l’arche de Noé est un peu plus rationnel, et à ce sujet on peut supposer, au vu de l’orientation donnée à la recherche scientifique, que les « propriétaires du monde » ont surement des projets pour faire évacuer de ce monde délabré, leur descendance à eux, du moins celle qu’ils auront réussis à préserver de la contamination, de l’empoisonnement et de la dégradation ambiante.
    L’ordre des choses, l’ordre naturel des choses n’est pas le sauvetage : après le surgissement et l’épanouissement d’une espèce, d’une civilisation, d’un monde, la règle est la détérioration lente, un plus ou moins long épuisement, une sorte d’entropie inéluctable vers la ruine finale, un peu d’ailleurs comme nos vies individuelles.
    Les processus vont jusqu’à leur terme, rien ne peut les entraver, il peuvent être ralentis un moment donné, mais le plus probable encore est qu’ils subissent des accélérations.
    Il restera peut être des humains, des mammifères, mais le plus probable est que la prochaine espèce dominant le monde appartienne aux arachnides, plutôt qu’aux vertébrés.
    Ceci dit, il n’y a pas de quoi en faire une montagne, et en tout cas aucune raison de se soumettre à quelque ordre social que se soit.

  6. Je sais pas si vous connaissez le concept de « pofigisme », développé par Sylvain Tesson dans les aléas grisonnants du vagabondage et qui signifie, en gros, de s’abandonner à vivre dans un fatalisme souriant, avec le pessimisme de la conscience et l’optimisme de la volonté.

    Peut-être que ça vous parlerait…

  7. Ce sont dans les commentateurs les plus fatalistes et désabusés qu’on trouve les plus beaux collabo.

    On peut aussi ne pas être capable d’ignorer que la souffrance existe.
    Et qu’elle nous oblige moralement à ne pas abandonner.

    Le monde ne sera pas sauvé, mais nous aurons essayé.
    Il n’y a absolument que ça qui compte.

  8. A quoi bon tenter de sauver un monde qui arrache, vampirise, anéantit tout sur son passage quand tu peux le brûler? Non je suis pas un collabo ou flic fataliste, juste nihiliste… (quoi que les -istes me donnent la nausée ces temps-ci).

    Sinon, qui icitte n’a jamais vu dans son voisinage une forêt enchantée, regorgeant de vie et de milles délices, se faire remplacer par une spore suburbaine de merde (la société en question) pour grosses merdes en BMW?

    Moi si, et la dernière c’est installée à coups d’explosifs et de drills à roc. Alors allez vous faire foutre avec votre monde à sauver.

    De toute façon vous devriez savoir que si (par chance) il fait vraiment naufrage à cause de forces célestes qui justifient votre apathie à ne pas l’avoir au moins attaqué, vous n’aurez pas accès aux radeaux de secours… Je vous le garantie.

  9. Juillet 2016, l’horreur est quasi à son comble aux 4coins du monde! Quelque part, vous avez vu juste sur l’état de la planète et notre humanité! Rien ne va plus, et ils/elles ne sont pas prêt(e)s de changer d’attitude! Qu’est-ce qui me fait dire que ce monde est proche de sa perte!! Vous avez déjà décrit les nombreux problèmes auxquels la Terre est menacée (bla, bla et reblabla) et à l’heure d’aujourd’hui il n’y a toujours pas de changements significatifs ou même subtantiels qui sont apportes dans nos modes de vies et nos habitudes… Le métro-boulot-dodo est encore le cadre imposé aux bouloteux pour donner l’illusion que le système peut se montrer égalitaire, les riches grappillent les dernières miettes de croissance qui restent sur le dos de la planète ET le dos des ces êtres (inférieurs ) humains, puis surtout l’Amour ne fait plus rêver! C’est plus facile d’être hypocrite, lâche et manipulateur! Aux oubliettes le respect, c’est plus simple d’être un con passionné (de sports, d’objets materiels, de fausses vérités) plutôt que de demontrer de la compassion envers autrui ou envers la nature! Toutes ces raisons me font enfin ouvrir les yeux et comprendre que je vais me mettre tranquillement à l’écart pour mieux voir leur monde s’écrouler. Au moins je n’aurais plus à m’étonner de certaines situations, certains comportements. En temps normal, je ne suis pas aussi pessimiste mais je n’ai plus vraiment l’envie de faire l’effort de de croire que c’est dans l’altérité que l’être humain s’épanouit! Dieu reste un mystère et je ne suis qu’un pauvre homme.

    J

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :