Menu Accueil

Sirventès du chaos

Éris, fille de Nyx, mère d'Até.

Qu’ont-ils tous à dénigrer le chaos?
Même les anars refusent de s’y associer :
« L’anarchie c’est l’ordre »
Disent-ils comme Proudhon

Ils en ont même fait un drôle de logo
A majuscule entouré d’un O
Qu’ils peignent sur les murs des villes
Même si ça fait désordre

On a fait du chaos un synonyme de violence
D’atrocité et d’ignominie
Mais ne voyez-vous donc pas
Qu’il s’agit de calomnies
De flics, de curés, de politiciens?

L’histoire de la civilisation
Est l’histoire de l’imposition de l’ordre
Un crescendo de guerres
De meurtres, de viols et d’oppression
Ne voyez-vous pas que c’est l’ordre
Qui est la source de l’ignominie?

L’ordre n’a de cesse d’imposer sa forme
À tous les êtres, à tout ce qui est vivant
À tout ce qui vibrant et joyeux
Il écrase tout sous son règne de fer et de plomb

« Mais si le chaos n’est pas la guerre
Ni le meurtre, le viol et l’oppression
De quoi est-il fait?
Le chaos est-il le désordre? »

Non, car le désordre ne peut exister
Sans l’ordre et le chaos existe
Par delà toute forme d’ordre
Il est le fond indéfini, indéterminé
D’où naît sans cesse l’infinité des êtres

Le désordre n’est qu’un ordre raté
Et puisque l’ordre finit toujours en ratage
Ordre et désordre sont deux temps
D’une même réalité
Alors que le chaos est la fibre même de l’univers

Imposer l’ordre, c’est entrer en conflit
Avec la fibre même de l’univers
Et c’est se vouer fatalement à la sclérose
À la déliquescence et à la mort
Et c’est cette déchéance
Qu’on appelle désordre

Lorsque l’ordre n’interfère pas avec sa course
Le chaos crée l’équilibre
— pas celui artificiel des balances
(Comme celle de cette pétasse aveugle
Qu’on appelle communément Justice)
Mais plutôt celui toujours changeant
Et sauvage qui fait danser le réel

Extase
Merveille
Magie
Au-delà de toute définition
Au-delà de tout entendement
Beauté et puissance érotique
Tel est le chaos

La liberté n’est rien d’autre
Qu’un abandon au chaos
À la puissance de son étreinte
Aux pulsions qu’il fait naître dans notre chair
Lorsque nous nous accouplons avec lui

Voilà pourquoi l’autorité est à rejeter
Voilà pourquoi l’ordre est à combattre
Voilà pourquoi nous crions
« Ni Dieu Ni Maître »
Car nous ne reconnaissons aucun
Dieu ordonnateur du ciel et de la terre
Car nous ne voulons même pas
Être maîtres de nos vies

Tout ce que nous voulons
C’est de vivre enfin pour de bon
En mettant fin à tout ce qui nous coupe
Du chaos
En devenant ce que nous sommes déjà
Des êtres de fureur et de beauté
Qu’aucun carcan ne pourrait contenir

En s’appropriant la liberté et le plaisir
Sans attendre, ici et maintenant
Nous nous unissons
À la marche sublime du chaos
Nous nous lançons avec passion
Dans cette aventure folle et nécessaire
De créer cet Éden que la terre
Aurait toujours dû être

Quand ce jour viendra — et il viendra
L’histoire et son cortège d’horreurs sanglantes
Cessera alors d’être notre seule réalité
Et nous pourrons apercevoir soudainement
L’aveuglante beauté sous le voile de māyā

Catégories :Montée de lait

Tagué:

Anne Archet

Héroïne sans emploi, pétroleuse nymphomane, Pr0nographe lubrique, anarcho-verbicruciste, poétesse de ses fesses, Gîtînoise terroriste (et menteuse, par dessus le marché). Si j'étais vous, je me méfierais, car elle mord jusqu'au sang.

13 réponses

  1. Eh, Anne, l’ordre moins le pouvoir, ce n’est pas les rangs d’oignons, hein… L’anarchie et l’ordre, ce n’est pas des militaires tous caporaux… Ce serait cool de grandir un peu en lisant (et sans doute en relisant) les ancêtres.
    D’un autre côté, moi qui, sans partager tous tes points de vue, ai tendance à admirer ton travail, je trouve que là, ben… ça fait flop.
    Alors certes, ce n’est pas très élaboré comme critique textuelle, mais je n’ai pas l’impression que tu t’es beaucoup foulée. Pas trop de rythme, ni même d’arythmie, pas vraiment de vers -pourquoi ne pas écrire en prose poétique, si tu en es là? On dirait une addition de faux vers, ou de vers épars. Histoire de glorifier le bordel? Même ça, ça tombe à plat.
    Et, perso, le chaos, ça ne m’intéresse pas: les enfants n’y survivent pas. Et les adultes s’y étripent généralement.

  2. L’ordre moins le pouvoir, c’est le désordre, pas l’anarchie. On le constate lors de chaque émeute — c’est l’ordre qui attend de reprendre les choses en main.

    Relire les ancêtres, oui, ça vaut la peine de le faire. En le faisant, on se rend compte que pour Proudhon, l’anarchie veut seulement dire se défaire des gouvernements et se doter de trucs comme le fédéralisme et le mutuellisme qui ont tout à voir avec le genre d’ordre à combattre.

    Quant à l’aspect formel de ce texte, vous avez parfaitement raison. Il a changé deux fois depuis qu’il est affiché ici et il changera encore. C’est un wurkinprograisse.

  3. Au moins ça nous donne un bon texte qu’on peut apprécier en dégustant une coupe de vin. Dommage que nous ayons fini la bouteille hier soir. C’est ce qui arrive quand on est en bonne compagnie (et que la bouteille ne rentre pas dans le fridge).

    Pour ce qui est de nous donner des outils pour construire un monde meilleur, après avoir détruit l’ancien, on ira voir ailleurs.

    À chacunE son créneau. Et il n’y a rien de mal en soit à lire un bon texte en buvant une coupe de vin.

  4. Je suis vraiment contente d’accompagner vos libations et j’espère qu’elles sont joyeuses — parce que vous pourriez avoir le vin triste, selon le peu que je connais de vous.

    Et si vous croisez quelqu’un qui, contrairement à moi, vous offre le paradis clé en main, méfiez vous, méfiez vous…

  5. La société idéale n’existe pas. Le paradis n’est pas de ce monde (je ne veux pas dire qu’il est là quand on meure…enfin vous savez bien ce que je veux dire). Mais je pense qu’on peut faire mieux (je suppose qu’on peut faire pire, mais on bat des records) et je ne vois pas en quoi y réfléchir serait une mauvaise chose. Tant que ça ne devient pas un «blue print» et qu’on ne tombe pas dans le dogmatisme. Je présume que vous jugez la chose impossible, mais bon.

    Le vin était somme toute assez joyeux bien qu’accompagné de musique dépressive. De toute façon, il n’y a rien de plus dépressif que de la musique joyeuse. Merci de vous en soucier, les gens de mon entourage n’en ont habituellement rien à foutre. Il faut les pardonner, ils sont peu nombreux et je suis vraiment casse pieds.

    Mais où sont passés les commentaires par rapport au lectorat français? C’était quand même rigolo.

  6. Le chaos est là, et le paradis aussi. Nous y sommes, nous tous qui jouissons d’un niveau de vie, d’une santé et d’une liberté satisfaisantes.

    Dame Archet, cessez de grâce vos jérémiades inutile contre l’ordre, l’État, les entreprises (qui vous donnent ensemble de quoi manger, de quoi dormir au chaud dans un pays froid, de quoi communiquer tout ce que vous voulez à n’importe qui) et profitez donc du paradis, car le temps est court. Il vous est parfaitement loisible d’écrire ce que bon vous semble, de rendre public ces écrits, de faire chez vous des orgies dans la compote de framboise, bref, vous êtes heureuse… Me trompé je ?

    Et moi aussi j’écris des chansons et des poésies, nananère !

  7. La place des gens qui veulent de l’ordre et de la stabilité c’est les cimetières. Il n’y a pas plus stable et ordonnés. Personellement, je préfère la VIE!

  8. Résumé de 3000 ans d’histoire de l’humanité au regard d’un extraterrestre ;)

    l’ordre émerge du chaos,
    une fois l’ordre établis et bien installé,
    s’il est trop rigide le chaos le détruit,
    s’il est trop souple, un ordre plus rigide le remplace,
    et est détruit une nouvelle fois par le chaos,

    Le chaos n’a besoin de personne pour se défaire des chaînes de l’ordre car il est inscrit dans les gênes de la société humaine … pareille pour l’ordre!

    Parfois un accélérateur de l’histoire fait pencher la tendance d’un coté ou un autre

    Nous sommes, avec des personnalités différentes, 7 milliards de fourmis dans la planète directement acteurs de ces mouvements.
    Du point de vu de l’extraterrestre tous ceci est très chaotique :)

  9. Aaaah…
    Chair amie ;-))
    L’anarchie est la plus haute expression de l’ordre », c’est d’Élisée Reclus. Au demeurant, plus sympa & moins macho réac que ce cher Proudhon ;-))

  10. Joli texte, qui contrebalance bien l’horrible expression de Reclus (« nos ancêtres », blah, blah), qui en plus est très fréquemment citée dans « nos milieux », et les utopies bien ordonnées de ces mêmes ancêtres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :