Menu Accueil

Sur le quai Voltaire

(ou Ce qu’il me reste à faire, chanté par Rodrigue)

Athènes 2008

Former un groupe
Quatre ou cinq personnes c’est parfait
Des gens que je connais
Que j’aime
Que je désire
Sur qui je peux compter
Bientôt les choses ne seront
Plus aussi faciles
Qu’elles le sont maintenant

Ne pas attendre demain
Ne pas attendre la révolution
Ne pas attendre un minute de plus
Pour vivre l’anarchie
Car attendre que tous soient libres
Pour libérer sa propre vie
S’est se condamner au sacrifice
Au ressentiment
À la mort

Établir une communauté
Nous avons besoin de résoudre les problèmes
De la vie matérielle
Comment produire des vivres
Comment les distribuer
Comment mutuellement subvenir aux besoins
Expérimenter de nouvelles valeurs
De nouveaux modes de vie en commun
Et le faire pour de vrai

Cesser de craindre l’éphémère
Le temporaire
La fin d’une expérience n’est pas son échec
Si elle a permis à celles et ceux qui l’ont vécue
D’échapper un temps aux griffes de la mort
D’avoir goûté un temps à la liberté
D’en tirer des leçons pour plus tard
Embrasser l’impermanence

Fonder des journaux des blogues
Imprimer des tracs des affiches
Faire des films du théâtre
Crier dans la rue
Des mots drôles et vrais
Des mots qui font sens
Qui disent la beauté de l’anarchie
Qui disent la volonté de la liberté
Ouvrir les oreilles au son du désir

Instruire les enfants les petits
Les immuniser au poison de l’école
Faire don de toutes nos connaissances
Étudier la vie l’amour la révolution
Et l’enseigner
Montrer l’horizon
Faire naître des rêves déraisonnables
Et indispensables

Chaque jour faire l’expérience de la beauté
Et la montrer au grand jour
Parce que le sens de la beauté s’est perdu
Et avec lui le sens de la créativité
Parce qu’il ne reste que laideur destruction
Qui engendre haine mépris violence
Recréer l’amour la beauté
Parce que ce qu’on nous vend
Pour de l’amour de la beauté
A été façonné par l’autoritarisme
Le capitalisme nécrophile
Qui leur ont imposé leur contenu horrible
Leurs formes cruelles

Étudier le plan de la ville
Comment la détourner
La faire fonctionner comme un poème
Trouver les espaces
Les interstices de liberté
À l’abri du regard
Des ogres du Léviathan
Et les occuper le temps d’un frisson
Réparer les clôtures
Nettoyer les parcs
Distribuer de la nourriture
Ouvrir des magasins gratuits
Habituer les gens
À l’idée de la gratuité
À l’idée de jeu
Se donner librement
Sans échange
Potlatch d’orgasme

Continuer à inventer
À créer sans cesse d’autres actions
Avec mes amants de feu
Avec mes amantes de lumière
Aussi longtemps qu’il le faudra
C’est-à-dire jusqu’à ce que
Nous soyons hors de portée de la mort
Jusqu’à ce que nous basculions
Dans le règne des vivants.

Catégories :Crise de larmes

Tagué:

Anne Archet

Héroïne sans emploi, pétroleuse nymphomane, Pr0nographe lubrique, anarcho-verbicruciste, poétesse de ses fesses, Gîtînoise terroriste (et menteuse, par dessus le marché). Si j'étais vous, je me méfierais, car elle mord jusqu'au sang.

7 réponses

  1. Y a des gens qui prévois faire ce qui est dit dans cette chanson ? Moi j’y pense parfois, j’me dis que je dois pas être le seul, mais juste y penser… y a pas grand mérite!

  2. Aucun rapport avec le billet comme tel, mais j’aimerais bien vous rencontrer un jour….je crois.

    Vous m’avez fait sacrer intérieurement à plusieurs reprises, mais on ne s’offusque pas autant de quelqu’un qui nous rend indifférent.

    Bon je réalise ici que vous vous en fouttez comme de l’an 40 et que vous avez vos centaines d’admirateurs/admiratrices si ce n’est plus, mais bon.

    C’est juste que j’ai souvent eu envie de vous lancer des tomates (je n’aime pas les gens populaires je suppose) et que là ce n’est plus trop ça.

    L’inutilité de ce message et sa stupidité est assez grandiose, mais je suis stupide et inutile. Au moins c’est authentique…

    En passant j’avais commencé à lire certaines de vos références et on s’y perd rapidement….

  3. Il faut apprendre à nager et jeter les clôtures au feu

    J’ai bien aimé : »Embrasser l’impermanence » et bien sûr je promeus avec toi l’idée du don.

    Yves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :