Menu Accueil

Pourquoi je n’irai pas voter (et pourquoi vous avez raison d’en avoir rien à foutre)

Trop c’est trop. Nausée, haut-le-cœur: c’est un cas flagrant d’overdose électorale. D’où la naissance de ce foutu blogue. Il faut que je ventile, c’est plus fort que moi.

Je ne sais pas ce que vous ferez le 8 décembre prochain. En ce qui me concerne, j’ai prévu un tas d’autres choses plus importantes que d’aller me scrutiniser l’urne dans l’isoloir:

  • Me lever tard;
  • ne pas aller travailler;
  • respirer le doux et frais air de l’hiver naissant;
  • me masturber longuement;
  • voler mon repas du midi dans la poubelle cadenassée du Loblaws;
  • embrasser mon amour sur la nuque;
  • mettre de la super-glue dans la serrure de la porte du bureau local de Revenu Québec.

Et le lendemain, surprise: un gouvernement sera élu. Same fucking thing as always.

Je n’irai pas voter. Évidemment, ça ne surprendra personne puisque je suis anar. Mais je ne m’illusionne aucunement sur l’impact de cette décision et je ne tenterai pas de vous inciter à m’imiter. Alors votez pour qui vous voulez, tout ce que vous aurez accompli, c’est donner votre consentement à l’État, point barre. Si vous annulez votre vote, vous serez compté parmi les imbéciles qui ne savent pas noircir un petit cercle. Et si vous vous abstenez de voter, vous serez compté parmi les gens amorphes et ignares qui ne disent mot et consentent à leur exploitation.

Il n’y a pas d’autre issue à ce monde que la fuite.

Peut-être est-ce le grand âge, mais j’en suis arrivée à la conclusion qu’il est inutile pour une anar d’intervenir lors d’élections. Le système a une telle capacité à tout récupérer qu’on finit par n’être qu’un divertissement de plus dans le grand freak show politique. C’est d’ailleurs la seule ambition de ce blogue: rigoler un peu aux dépens des politichiens plutôt que de désespérer, sonder le vide abyssal de l’actualité en renvoyant dos à dos tous les idéologues junkies de pouvoir tant à droite qu’à gauche en espérant que quelqu’un, quelque part, comprenne que la vraie vie est ailleurs… bien loin d’ici.

Autre truc. Je sais que je ne devrais pas être surprise, mais je suis toujours déçue de constater à quel point les anarchistes retombent continuellement dans les mêmes travers, le principal étant celui d’être fascinés par la politique. Leur analyse des institutions sociales devrait normalement les pousser à faire la constatation — pourtant courante parmi la masse des gens qui ne sont pas des idéologues — que la frange particulière de la classe politicienne qui se retrouve au pouvoir ne change rien aux menées de l’État par rapport à une autre. Mais non. Ils finissent presque toujours par appeler à «voter utile» pour une raison ou une autre. Pensez à la FAI, en 1936… c’est l’exemple le plus classique et le plus tragique. Chaque fois qu’une élection est déclenchée, il faut toujours qu’il y ait un anarchiste quelque part qui critique «l’orthodoxie étroite» qui «ferait de l’abstention la seule option valable». Ce qui me fait vachement rigoler, puisque l’orthodoxie anar, dans les faits, consiste bien plus à jouer l’apprenti sorcier électoral que l’inverse, si je me fie à l’histoire.

Or, il devrait apparaître évident depuis tout ce temps que le programme d’un parti ou d’un autre ne signifie absolument rien, puisque c’est l’hégémonie politique du moment qui détermine les décisions du gouvernement. Un parti de gauche va agir comme un parti de droite et vice-versa, selon l’air du temps, les intérêts du capital, les clientèles électorales, etc., etc., etc., ad nauseam. Je ne suis pas fan de tout ce que Gramsci a écrit, mais son concept d’hégémonie n’a selon moi pas pris une ride.

Il faut comprendre une fois pour toutes qu’élire n’est pas choisir. Une élection est avant tout un exercice symbolique. La grande messe électorale est à placer au même plan qu’un sacrifice aux dieux devant un menhir ou au sommet d’une pyramide: c’est un rituel pour reproduire un ordre des choses qui se veut éternel.

Dans un cérémonial de type religieux, prendre une décision ou une autre n’a strictement aucun autre impact que sur le cérémonial lui-même; il n’en a aucun sur la réalité externe au cérémonial. Je peux décider de rester assise pendant la communion, je peux décider d’aller communier et mordre l’hostie, je peux communier comme une gentille croyante et faire ma prière ensuite. L’impression d’avoir fait un geste décisif ne dépend que de l’illusion que j’entretiens au sujet de Dieu et de ma capacité à y faire outrage ou hommage. Mais vous savez autant que moi que Dieu n’existe pas et que tous ces comportements n’ont par conséquent aucun impact sur lui. Pire encore: je n’attente même pas, ce faisant, au pouvoir que les prêtres exercent sur les fidèles. Il en va de même avec les élections.

Plus que jamais, les gens sont insatisfaits, cyniques, avides de changement. Ce fameux changement, je n’ai pas la recette miracle sur les moyens de le mettre en branle — quoique j’ai ma petite idée là dessus. Mais je reste convaincue que le vote est un moyen de conservation et de reproduction du statu quo, pas de changement. Alors votez si vous voulez, vous ne changerez rien et tout ira pour le pire dans le plus horrible des mondes.

Catégories :Accès de rage

Tagué:

Anne Archet

Héroïne sans emploi, pétroleuse nymphomane, Pr0nographe lubrique, anarcho-verbicruciste, poétesse de ses fesses, Gîtînoise terroriste (et menteuse, par dessus le marché). Si j'étais vous, je me méfierais, car elle mord jusqu'au sang.

10 réponses

  1. «les anarchistes retombent continuellement dans les mêmes travers, le principal étant celui d’être fascinés par la politique.»

    Rassurez-nous sur le fait que vous n’êtes pas fascinée de politique en faisant ce blogue « politique ».

  2. «Je suis plutôt possédée par le désir de perdre intensivement mon temps, en ce moment.»

    J’ai concrétisé ce désir. Je vous encourage à poursuivre dans cette voie. C’est quelquefois plus jouissif que la masturbation.

  3. Oui, mais je me demande qui incarne l’Etat aujourd’hui.
    Est-ce l’institution plis communement connue sous ce nom, ou est-ce l’Industrie, voire la Finance

  4. Anne, sachez que la seule raison qui fasse en sorte que je vote pour le PQ est la séparation du Québec. Je sais fort bien que le médiocrassie pseudo-représentative est un mauvais système, que les partis politiques sont tous des merdes et que les moyens d’action les plus efficaces sont apolitiques.

    Tout de même, votre raisonnement a beaucoup plus de sens que celui de Normand Baillargeon qui appuie Culbec Suicidaire, le parti le plus étatiste!

    http://nbaillargeon.blogspot.com/2008/12/je-vais-aller-voter-non-si.html

  5. Un ou l’autre, ça ne fait aucune espèce de différence. Alors grand bien vous fasse à tous les deux, même si je ne comprends vraiment pas comment vous conciliez un tel choix et vos convictions anarchistes.

    (En fait, je connais vos justifications et elles me semblent médiocrement convaincantes.)

  6. Nous, nous sommes le sable dont on fait le bitume …de cette fameuse route, jonchee de tracts electoraux et autres detritus, qui n’emporta jamais personne nulle part sauf au diable peut-etre,
    ou ahane peniblement cette pauvre bourrique que l’on nomme l’Etat, conduite d’une main de maitre par ses seules vraies maitresses, Finance et L’Industrie.
    Alors on peut toujours crier haro sur le baudet…qi’il creve meme, peut importe, elles en trouveront toujours un autre pour le remplacer, et cela continuera tant que l’on fera porter le fardeau de toutes les responsabilites a l’Etat, alors qu’elles incombent a tous, a la Finance, a l’Industrie…. comme a nous-memes.

  7. @Anne

    Au moins, je ne prétends pas, contrairement à Baillargeon avec Culbec Suicidaire, que les idées péquistes ressemblent aux miennes!

    Je ne vois pas en quoi rester dans le Canada peut être bon pour les anarchistes.

    « En fait, je connais vos justifications et elles me semblent médiocrement convaincantes. »

    Je reconnais que je dois apporter des explications supplémentaires. J’accepte la critique!

  8. que certain anarchistes se résignent au vote utile? voila qui est fort surprenant, où est l’utilité quand on change une porcherie industrielle nauséabonde en poulailler de production intensive de viande morte a la naissance?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :