Menu Accueil

Rien n’est jamais acquis…

… à l’homme, ni sa force, ni sa faiblesse, ni son coeur (et quand il croit ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix).

Mais surtout, rien n’est jamais acquis en ce qui concerne les législations sociales. Un exemple frappant: celui des Pays-Bas qui ont rendu le squat illégal après trente ans d’encadrement légal.

Gagner un droit de haute lutte et le faire consacrer par un loi n’est en rien une garantie de liberté. Le droit n’est rien d’autre que l’expression d’un rapport de force; lorsqu’il penche en faveur des exploités, ce n’est jamais au nom de principes de justice éternels et universels mais bien parce que les élites du pouvoir sont contraintes, à leur corps défendant, de donner du lest — en attendant la première occasion pour revenir sur ces concessions.

Lutter pour faire reconnaître ses droits est hasardeux et en bout de ligne, souvent inutile. Lutter pour sa liberté en l’exerçant ici et maintenant est tout aussi hasardeux, mais ça offre au moins l’avantage de libérer ne serait-ce qu’un temps celui qui lutte.

Catégories :Accès de rage

Anne Archet

Héroïne sans emploi, pétroleuse nymphomane, Pr0nographe lubrique, anarcho-verbicruciste, poétesse de ses fesses, Gîtînoise terroriste (et menteuse, par dessus le marché). Si j'étais vous, je me méfierais, car elle mord jusqu'au sang.

11 réponses

  1. Je salue votre intervention. De nos semblables on peut dire que plus ils récusent la violence plus on leur fait violence et les crevures médiatiques mettent un tel enthousiasme à l’être qu’on trouverait l’attitude presque touchante d’ainsi complaire à un public qui en redemande…

    Il y a des gens qui jouissent de cela : vous consentir un maigre avantage et vous le retirer. Et plus l’avantage est dérisoire plus grande est la jouissance de vous le soustraire. C’est un des ressorts essentiel de tout pouvoir**.

    (**Ainsi, par exemple, chaque fois qu’un clochard est assassiné, roué de coups par des sauvages, le pouvoir doit intervenir car on lui ôte ainsi toute la saveur de sa fonction. Il s’est agi d’institutionnaliser le martyre afin qu’il fut prolongé et de discipliner les sujets qui ont des propensions sauvages à l’inclination du pouvoir : une jouissance sans entraves à laquelle il ne convient pas que des meurtres expéditifs susceptibles de se généraliser grèvent d’autant la jouissance infinie et « raffinée » du pouvoir…. Beaucoup de métiers reconnus et fameux s’offrent alors à l’emploi de ce fondement.)

    En droit français des contrats, un dol est une manœuvre d’un cocontractant dans le but de tromper son partenaire et provoquer chez lui une erreur. Le dol est, avec l’erreur et la violence, l’un des trois vices du consentement. Il est sanctionné par la nullité du contrat.
    Si un mandat présidentiel s’apparente à un contrat avec le peuple, il y a là une raison supplémentaire de sanctionner le contrat d’une nullité. Plus expéditif à l’égard de Cromwell, Edward Sexby écrivait « tuer n’est pas assassiner ». S’agissant d’un tyran il ne saurait, en effet, plus s’agir d’un contrat car si le droit qui s’applique aux personnes privées, c’est-à-dire aux sujets, un homme public en est exonéré quand il ne trompe plus un contractant mais tout un peuple, le droit n’est plus qu’un accommodement du despotisme et il traite accessoirement, s’agissant du droit privé, de l’organisation sociale et juridique des rapports entre les esclaves en vu de favoriser l’extension des pouvoirs du tyran.
    C’est pourquoi, toujours, les tyrans ne sont pas jugés, ils sont, rarement, exécutés. Ils s’épargneraient bien cette peine ultime s’ils se contentaient d’être des justiciables de droit commun…

  2. Concernant l’article, il comporte une erreur, a ma connaissance, c’est dix-huit mois de prison ferme que risque tout squatteur.

    Au niveau de toutes les grandes villes neerlandaises, c’est plutot la panique du cote des administrations. En effet, chaque ville est censee faire appliquer la loi ( principe d’egalite ) avec le risque d’emeute que cela comporte, mais aucune d’entre elles n’est apparement en mesure de proposer des solutions de transition aux milliers de personnes, voire de familles qui vont se retrouver d’un seul coup a la rue.

    De plus ce ne seront pas seilement les squatteurs et leurs familles qui seront mis a la rue, c’est l’ensemble du secteur culturel d’une part ( nombre des scenes, ateliers, galleries sont des squatts ) et d’autre part ceux que l’on nomme les anti-squatteurs ( l’anti-squatt etant un systeme de contrat de loyer a tres bas prix invente par les proprietaires afin de contourner la loi et d’eviter l’arrivee des veritables squatteurs…), et meme une partie du secteur professionel ( et oui, meme certaines entreprises utilisent le squatt!) ou encore mieux de l’administration des communes elles-memes, qui parfois utilise avec l’accord des squatteurs les possibilites uniques offertes par les espaces squattes pour certaines manifestations et festivals….

    Le monde du cirque va beaucoup y perdre aussi, et donc les famulles. Plus d’espace libre et gratuit pour les gens du voyage pour pouvoir effectuer les indispensables reparation de tentes et des vehicules. Donc plus de cirque pour les momes aux Pays-Bas…

    Plus d’espace libre pour reparer les vieulles peniches, voiliers ou meme les woonboat ( habitations flottantes. vous imaginez ce que cela veut-dire pour les Hollandais, peuple de paysans autant que de marins s’il en est ??!!

    Attendu d’autre part que le squatt a concerne a un moment ou un autre bon nombre de neerlandais ( lors de leurs etudes par exemple ), on peut s’attendre a de serieux soubresauts dans les mois qui viennent si la loi est appliquee a partir du 1er Janvier comme prevu, le squatt et l’anti-aquatt s’averant jusqu’a present l’unique reponse viable proposee directement par les gens ( le gouvernement n’ayant aucune reponse effective ) face a la speculation immobiliere generale organisee par une infime minorite de gros proprietaires fonciers.

    Mais il est interessant de noter que celle loi est votee, non pas par les dits proprietaires, mais par des  » elus du peuple  » au moment precis ou tous les petits proprietaires et boursicoteurs, vu l’appauvrissement moyen de la population ( crise financiere oblige ) ont en effet a craindre de voir egalement leurs appartements jusque la passe inapercus devenir le prochain lieu de residence d’un des squatteurs potentiels dont le nombre va toujours croissant. D’ou le caractere extremement repressif des condamnations prevues. 18 mois est en effet une peine extremement lourde, si l’on est conscient que pour un crime aussi grave que le meurtre par exemple, on encourre aux Pays-Bas 3 a 5 ans de prison…Faires la proportion vous-meme.

    Il est egalement interessant de noter que cette loi s’inscrit dans une periode de radicalisation des conservatismes en Europe ( sous l’influence de lobby comme la Burke Foundation ??? ) lesquels ont maintenant aligne leurs positions sur celles de l’extreme droite, comme c’est le cas donc aux Pays-Bas, en Autriche, au Danemark, en Suisse, dans une partie de la Belgique ( Flandres ), mais egalement dans de grands pays europeens comme l’Italie et la France…

    Bon, il va y avoir beaucoup de travail pour la Black Cross, on cherche des volontaires, si possible avant que ceux-ci ne se retrouvent eux-meme derriere les barreaux !!!

    Amsterdam, 12/11/2009

  3. « les élites du pouvoir sont contraintes, à leur corps défendant, de donner du lest — en attendant la première occasion pour revenir sur ces concessions. »
    Voilà une belle définition de la tolérance.

  4. http://www.non-fides.fr/spip.php?article568

    (…) Dans ce retour improvisé vers le passé, il manque encore quelque chose. Que la dignité salie chasse le désespoir et se transforme en actes. Que la liberté cesse d’être le droit d’obéir à l’autorité et redevienne un affront envers n’importe quelle forme de pouvoir.
    Que le désir de vivre ne se contente pas de ce qui existe déjà mais parte à l’assaut pour arracher ce qui n’a jamais été.
    Ce sont de vieilles Histoires, d’un autre siècle, l’insurrection…
    Des anarchistes

    (…) In questo improvviso ritorno al passato c’è ancora qualcosa che manca. Che la dignità offesa scacci la disperazione e si trasformi in azione. Che la libertà cessi d’essere il diritto di obbedire all’autorità e torni ad essere la sfida ad ogni forma di potere. Che il desiderio di vivere non si accontenti di quanto già esiste e vada all’assalto per strappare ciò che non è mai stato.
    È una cosa vecchia, dell’altro secolo, l’insurrezione
    Anarchici

    (..) In this sudden return to the past, there is still something missing: the offended dignity that drives desperation away, transforming it into action; the freedom that stops being the right to obey authority and goes back to being the challenge to every form of power; the desire to live that isn’t satisfied with what exists and mounts an assault to snatch what has never been.
    IT’S AN OLD THING, FROM ANOTHER CENTURY: INSURRECTION
    Anarchists
    (…) In dieser improvisierten Rückkehr in die Vergangenheit, fehlt nur noch etwas: die beleidigte Würde, die die Verzweiflung verjagt und sich in Aktion umwandelt. Die Freiheit, die aufhört das Recht zu sein der Autorität Gehorsam zu leisten und erneut allen Formen der Macht zu trotzen beginnt. Dass das Verlangen um zu leben, sich nicht mit dem bereits Bestehenden zufrieden gibt und gegen den Stand der Dinge zum Angriff übergeht, für etwas das es noch nie gegeben hat.
    Es ist eine alte Angelegenheit, aus dem letzten Jahrhundert- der Aufstand.
    Anarchisten

  5. Très joli texte ! Pour exprimer d’aussi sadiques vilainies !
    Et les com de « bon Ogur » sont des tirs aussi tendus que ceux d’un PM ! (pistolet Mitrailleur) / :-)
    Sûrement que les « luttes du misérable peuple » ne viendront jamais à bout de l’ingnominie du pouvoir… Mais il est certainement plus digne de « lutter » jusqu’au rêve de l’avènement du « règne de l’utopie », que de se laisser « tondre et égorger » en bêlant. Bêhhhhh !

  6. « Le droit n’est rien d’autre que l’expression d’un rapport de force »

    bien sur et tant mieux! Mieux vaut le droit que les armes ou la force du nombre.

  7. Le droit reste l’expression de la soumission de la majorité des gens et de l’acceptation totale de la domination. C’est pourquoi je pense que les Droits de l’Homme, par exemple, sont de la foutaise. Ils sont appliqués par les gens qui dominent de toute façon. Je ne veux pas des droits, je veux ma liberté!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :